Exceptionnelle Barquette DB Renault R1066 châssis n°1, Le Mans 1953 avec Rédelé / Pons N°54

L’histoire de cette barquette débute en fait par celle d’un coupé dans les premiers mois de 1953. Les pilotes Pons et Bousquet décident de produire un coupé utilisant la mécanique de la Renault 4 CV, une série de 50 exemplaires fabriqués par a société SCVS est prévue.L’étude du châssis est confiée à Deutsch et Bonnet, ils conçoivent une structure constitué principalement d’un poutre centrale et de longerons en tôle ajourée. Cette ensemble très léger doit recevoir une carrosserie de style berlinette en tôle d’aluminium imaginée par Charles Deutsch et Jean Dupuis. L’objectif du projet était de faire courir cette voiture au Milli Milles 1953, mais finalement de nombreux problèmes sont apparus et c’est finalement une berline 4 CV qui est engagée pour Pons et Rédelé. Ce projet de berlinette à moteur Renault est donc abandonné et une fois déposée, la carrosserie va vraisemblablement servir de base à Pietro Frua pour dessiner le « Coach HBR » D.B. Panhard pour Deutsch et Bonnet. Mais pendant que Pons et Bousquet font le difficile apprentissage de constructeurs automobiles, la Régie Nationale Renault, qui a réussi à classer deux de ses voitures pour la Coupe Biennale du Mans en 1952, manifeste son intention de reprendre part à l’épreuve en 1953, cette fois avec des voitures plus compétitives pour viser la victoire. Un accord est pris avec trois « privés » afin que trois voitures soient construites à partir d’éléments mécaniques fournis par Renault. Parmi ces « privés » on retrouve Deutsch et Dupuis qui s’empressent d’habiller le châssis commandé par Pons d’une très jolie carrosserie de barquette biplace, dotée de deux dérives arrières. Le moteur est un « 1063 ».
 
Au départ des 24h du Mans 1953 on retrouve donc trois prototypes prêts à défendre les couleurs de la Régie:
–    La Renault 1064 châssis n°1, étudiée et construite par Vernet et pilotée par Briat et Lesur, portant le n°52
–    La Renault 1068 châssis n°1, étudiée et construite par Louis Rosier et pilotée par J-L. Rosier et Schollemann, portant le n°53
–    Cette Renault 1066 châssis n°1, pilotée par Pons et  Jean Rédelé portant le n°54
La « 1066 » est dotée pour cette épreuve des roues à étoiles de la 4 CV de série. En tournant à 130 km/h de moyenne avec des pointes à 175 km/h environ, elle est la plus rapide des trois Renault en course. Les performances atteintes sont exceptionnelles si l’on considère que le moteur 1063 ne développe que 50 chevaux! Malheureusement la mécanique ne résiste pas longtemps à ce rythme trop rapide et cède au 36e tour lors de la 4e heure de course.
 
Son moteur fut ensuite réparé, l’auto fut vendue et disputa plusieurs courses. On la retrouve alors avec des roues Borrani et sans ses dérives au Grand Prix de Bordeaux 1955 où elle remporte la catégorie 750/1100 cm3 aux mains du pilote parisien Rispal. Cette barquette fut ensuite retrouvée dans les années 80, complète mais sans moteur ni pare brise. Elle a fait l’objet d’une restauration complète, recevant de nouvelles dérives arrières et un moteur 1062, retrouvant ainsi son allure avec ses deux sièges baquets d’origine.
 
En superbe état, ce morceau d’histoire de l’automobile française a été acquis par son actuel propriétaire en 1990. Eligible Le Mans Classic et Mille Miglia, carte grise française.