Porsche 356 Pre-A Split Window 1951 Matching Numbers

C’est en avril 1951 que la société Amag devenait importatrice pour la Suisse de la société Porsche qui signait là son 3ème contrat de représentation, avec en gage de bonne volonté, une commande ferme de 50 voitures. Ce n’est qu’une année auparavant en effet, à Pâques de 1950, que la toute jeune marque avait quitté son atelier de Gmünd en Autriche, pour rejoindre son site de Zuffenhausen dans la banlieue de Stuttgart, que les Alliés avaient réquisitionné et venaient de lui restituer. A cette occasion, c’est une 356 redessinée par Erwin Komanda qui était confiée à la carrosserie Reutter, avec une première commande déjà bien risquée de 500 voitures réalisées en acier et non plus en aluminium, comme les toutes premières « Gmünd » . Mais tous les composants de l’ADN Porsche y figuraient déjà. Le petit moteur de 1100cc ou de 1300 cc, équipé d’un double carburateur Solex 32 PBi était encore étroitement dérivé d’un bloc VW, de même que les principaux composants du châssis que la jeune firme approvisionnait directement à Wolfsburg, en contrepartie des royalties que Volkswagen alors en plein redémarrage industriel, versait à la famille Porsche, soit 5 DM par voiture vendue. Mais la ligne aérodynamique du petit coupé sportif connaissait sa première évolution sensible par rapport aux premières réalisations entreprises à Gmünd. Un toit un peu plus arrondi et plus habitable et une ligne de caisse un peu plus haute.

La version présentée ici fut produite à Zuffenhausen en octobre 1951, comme en atteste le fameux Kardex, cette fiche suiveuse que l’usine affectait à chaque véhicule produit afin d’en conserver les caractéristiques détaillées. Une document qui fait toujours référence et garantit l’authenticité des premiers modèles de la marque. On y lit que le châssis N° 10891 était associé au moteur 1300 cc Type 506 N° 20524, l’ensemble étant sorti d’usine le 12 octobre 1951. Une des 50 voitures commandées par Amag pour son premier exercice d’importateur Porsche. Un nombre qui se revela vite insuffisant puisque ce ne sont pas moins de 78 voitures qui furent vendues la première année. Le Kardex nous apprend que celle-ci avait été commandée dans un magnifique coloris Radium Grün 510, une dénomination qui fleurait bon la modernité, et que ses sièges étaient revêtus d’un tissu coton de la firme Häfele, combiné à un impeccable simili-cuir.

Il n’est pas fait mention sur le Kardex de la magnifique et tès rare horloge qui pouvait en option prendre la place du récepteur radio qui était également offert en option. Sans doute fut elle ajoutée ensuite. On imagine un « geste commercial » de l’importateur suisse. D’autant hélas que le moteur d’origine se trouvait rapidement défaillant et qu’un échange standard s’avérait nécessaire. Echange documenté par la mention KD (Kunden Dienst) devant le numero du bloc qui permet à cette magnifique auto d’ être encore matching numbers.

Refaite en Italie dans ses moindres détails cette superbe Pré-A se présente aujourd’hui en état concours et comme un magnifique témoignage des toutes premières années d’une aventure industrielle dont on connait aujourd’hui la suite fabuleuse. Elle constitue à cet égard un indiscutable joyau éligible à toutes les grandes manifestations internationales.