Ferrari BB 512 GR 4 Competizione 1977 seulement 6200 kms.

En 1977 pour satisfaire la demande d’une clientèle avide de compétition Ferrari confiera à un de ses sous-traitant officiels, la transformation de 4 BB512 à la fameuse carrosserie Bacchellie Villa de Modena dans le but spécifique de participer aux 24 Heures du Mans. Ces fameux clients étaient entre autres :

L’importateur Belge Jacques Swaters (Ecurie Francorchamps), Charles Pozzi de Ferrari France et bien sûr le North American Racing Team de Luigi Chinetti.

Construite selon les normes IMSA GT, la 512 BB Competizione était encore clairement dérivée de la voiture de série. Un dénudage de la voiture au strict minimum pour en réduire le poids avec des éléments en polyester. Un gros travail sur le moteur de cinq litres 12 cylindres à plat équipé de quatre Weber triple corps gavé par des prises d’air extérieurs au-dessus du pavillon, pistons forgés Borgo, bielles pesées et équilibrées, grosses soupapes, arbres à cames compétition et culasses retravaillées, cette version développera ainsi près de 470 ch pour un poids de 1 225 kg, freinés par 4 disques ventilés de gros diamètres.

Cette expérience Manselle ne sera pas brillante car la voiture manquait de fiabilité et de vitesse de pointe, ce qui justifiera la production des 512 BBLM plus développés en aérodynamique, dont 25 exemplaires seront produits.

Notre exemplaire le châssis 22083 sera une commande spéciale en 1984 à la carrosserie de Modena par un riche enthousiaste Français de la marque au cheval cabré, le moteur sera également réalisé par un sous-traitant officiel de l’usine Toni Franco, c’est une reproduction exacte et parfaite de la GR4 Competizione de 1978 qui a été réalisé par les mêmes artisans que l’original avec forcément des pièces d’origine et une conformité totale, doit-on parler de reproduction, clonage ou nouvelle réalisation ? Les ouvrages et registres spécialisés de la marque s’accordent à dire et notent une transformation en Groupe 4 d époque pour ce numéro de châssis.

L’histoire nous rappelle que 30 véhicules ont étés également modifiés par la suite par Bacchellie Villa mais seulement avec des kits carrosserie, les factures des principaux acteurs de cette transformation de l’époque sont présentes dans le dossier ainsi qu’une attestation de la carrosserie

Bacchelli e Villa signée par Monsieur Franco Bacchelli lui mème, il est noté une puissance au banc de 472 cv sur l’un de ces justificatifs.

En 1987, Monsieur Gaetano Tortora d’Aix en Provence son propriétaire cède l’auto à Monsieur Tamisier un autre collectionneur du sud de la France  avec seulement 1500 kilomètres à son compteur, il n’en profitera hélas peu de temps car l’auto subit un important incendie de sa partie arrière , il est repris alors une restauration totale et couteuse grâce à l’assurance , celle-ci sera faite par les établissements spécialisé Cavallino de Nice, toutes les factures et expertises de cette intervention sont présentes dans le dossier .

En juin1989, la belle est proposée et vendue par une maison d’enchères Parisiennes pour la coquette somme de 2.6 Millions de Francs à un marchand Parisien à fins d’investissement, Enzo Ferrari viens de décéder quelques mois auparavant et c’est la flambée des prix des modèles qui arborent le Cavallino rampante.

En 1998, le marché redevenu calme et largement dégonflé amène le marchand en banqueroute, les établissements financiers de celui-ci récupère l’auto et attendent une meilleure période pour la re-commercialiser.

En 2004, des bruits circulent dans Paris, deux BB 512 sont stockés dans un parking public, elles sont à vendre, une banque en est propriétaire, l’une est jaune comme neuve et l’autre serait un modèle compétition ?

L’heureux propriétaire entretiendra le bijou et participera à quelques ré-évocations historiques à son volant jusqu’en 2023, le compteur affiche incroyablement que 4200 kilomètres.

Son look agressif et ses formes volontairement excessives, un chef d’œuvre était né dans les bureaux de Pininfarina, il commendatore voulait trouver la digne héritière de la Daytona mais avec son moteur en position central arrière, les formes de la carrosserie étaient si belles et si généreuse que le surnom de Brigitte Bardot lui fut donner ensuite déguiser en BB Berlinetta Boxer pour le public.

Un grand moment de pilotage égoïste dans une ambiance exceptionnelle à son volant, compte tour 8000 tours, arceau, baquets, harnais, réservoir compétition, vitres plexiglass, jantes de 9 et 13 pouces et surtout échappement libre le tout homologués sur route !! un plaisir incomparable dans une sonorité démoniaque.

Éligible aux principales courses historiques Le Tour Auto, Le Mans classic , cento ore di Modena , Daytona Classics …

Certificat d’authenticité de Monsieur Franco  Bacchelli

Livres, factures, photos d’époque

Carte grise Française,

Matching Numbers,

Expertise valeur agrée,

Contrôle technique vierge,

Prix sur demande.